Rechercher

Etude de cas : dommage sur ouvrages #1

L’application de la réglementation anti-endommagement des réseaux a permis d’obtenir depuis le 1er juillet 2012 des résultats positifs. Au-delà de la préservation des réseaux, c’est aussi la sécurité des hommes intervenant sur le chantier qui est en jeu.

Néanmoins, des accidents subsistent encore : zoom sur une fuite de gaz naturel liée à des travaux de tiers, à Villeurbanne (69) (16/11/2016).

Source : ARIA




Lors de travaux sur un réseau d’eau potable, un opérateur endommage vers 9h30 une conduite de distribution de gaz naturel en acier (DN 219, P 16 bar, année 1968).

Les pompiers évacuent 5 personnes d’un garage et confinent les élèves d’une école proche. La circulation est interrompue durant cette opération. Le réseau de distribution de gaz naturel est purgé par torchage pour procéder aux réparations.


Contexte des travaux


Une entreprise de travaux publics devait déplacer des réseaux d’eau potable. Le jour de l’événement, l’entreprise de TP souhaitait déposer une partie d’un tronçon supposé abandonné du réseau de gaz naturel pour passer un nouveau tronçon sur le réseau d’eau potable. Pour s’assurer que l’ancien réseau est bien hors gaz, l’opérateur perce un trou avec une perceuse. Une fuite de gaz naturel se produit. Afin de l’arrêter, il pose une pinoche sur la conduite fuyarde.


Analyse des causes de l’événement


Une déclaration d’intention de commencement de travaux (DICT) a bien été faite le 10/10/2016 par la société de TP. Les plans indiquent la présence de 3 conduites de gaz, et au niveau de la fouille, les ouvriers voient bien 3 canalisations recouvertes d’un grillage jaune. Néanmoins, plusieurs éléments concourent à la fuite :

  • l’intervention sur une canalisation en DN219 en acier au lieu d’une canalisation DN120 en fonte (le chef de chantier était peu expérimenté) ;

  • l’utilisation d’une perceuse qui ne fait pas partie des pratiques admises par la direction de l’entreprise ;

  • l’absence de procédure de vérification des ouvrages (vérification des côtes, mesure de diamètre…) ;

  • l’absence d’appel du service du gaz pour s’assurer que l’on intervient sur le bon réseau ;

  • l’inversion de la profondeur d’enfouissement sur les plans de la canalisation hors service (DN 120) avec celle en gaz (DN 219).

Mesures prises par l'entreprise de TP


A la suite de l’événement, la société de TP fait évoluer son organisation :

  • participation systématique du chef de chantier aux réunions préalables pour éviter les pertes d’informations ;

  • interdiction d’intervenir sur des réseaux non identifiés ;

  • vérification que tous les opérateurs chantiers de la région sachent bien lire les plans des réseaux.

Un flash de retour d’expérience est par ailleurs rédigé et diffusé en interne dans la société de TP. Le service du gaz contribue également à la formation sur le terrain des opérateurs.





Vous souhaitez obtenir votre attestation de compétence en vue de votre AIPR ? PARAMARIBO est centre d'examen AIPR reconnu par le Ministère de la Transition écologique et solidaire sous le n°067.

Nos experts viennent à votre rencontre dans 89 villes de France pour vous former à la réglementation DT-DICT et vous faire passer l'examen QCM : inscrivez-vous !



327 vues

A PROPOS DE PARAMARIBO

PARAMARIBO est un organisme de formation enregistré sous le n°82 69 1272969 auprès du préfet de région Auvergne-Rhône-Alpes et référencé par Datadock.

PARAMARIBO est centre d'examen AIPR reconnu par le Ministère de la Transition écologique et solidaire sous le n°067.

CONTACTEZ-NOUS

Les experts PARAMARIBO sont à votre écoute.

© 2018 PARAMARIBO - contact@paramaribo.fr -  SARL au capital de 10 000 euros - 532 228 475 RCS Lyon